Un exemple de ce bouquet de culture – Fr/Sp

Lors de l’ouverture des Vigiles samedi soir, le lucernaire ( prière de louange au Christ ressuscité, soleil levant de nos vies) résonnait au son de la clochette indienne. Une lampe, typique du Kerala et du rite syro-malabar, représentant le Christ-Lumière illuminait la nuit. Portée en procession par Diana, elle est déposée au pied de l’autel et est entourée par d’autre lampes plus petite venant des quatre coins de la chapelles.

Un autre moment très significatif nous a été offert par une coutume brésilienne. Sur l’autel, l’évangéliaire était déposé sur un lit de verdure et de fleurs. Au moment de proclamer l’Évangile du jour, une sœur est venue prendre la Parole sur l’autel a dansé avec elle puis l’a donné à une autre sœur qui l’a honoré à sa manière puis l’a passée à une troisième qui a fait de  même avant de la donner à une quatrième. Chaque sœur représentait un continent. Diana finalement en a fait la lecture. A la fin de la lecture, la même chaine de propagation de la parole s’est faite vers l’autel, signifiant par là la transmission de proche en proche de cette Parole qui nous fait vivre. Pendant ce temps, l’assemblée chantait : « Venez adorons la Parole de Dieu »

Un ejemplo de esta mezcla de culturas

En la apertura de la vigilia del pasado sábado, en el lucernario  (rito inicial caracterizado por la alabanza a Cristo resucitado, sol naciente en nuestras vidas) resonaron las campanillas y los cantos de la India. La noche se iluminó gracias a una procesión formada por hermanas que portaban entre sus manos pequeñas lámparas, y se fueron dirigiendo hacia el altar desde diferentes esquinas de la capilla. Diana inició la marcha llevando una lámpara india bastante grande.

Otro momento muy significativo en medio de la vigilia nos lo ofreció la liturgia brasileña. En el altar, el Evangelio fue colocado en una cesta de mimbre adornada con un paño, hierbas verdes y flores. En el momento de la proclamación del Evangelio, una hermana se dirigió hacia la Palabra que estaba en el altar, la tomó entre las manos y bailó con ella, al ritmo de una canción que anunciaba su llegada cantada en portugués. Luego, se la fue dando a diferentes hermanas de diversas provincias, que la fueron honrando a su manera antes de pasarla a la siguiente, finalmente llegó a Diana, quien proclamó la lectura. Al final de la misma, se reanudó la cadena, significando la transmisión de la Buena Noticia, hasta que la Palabra fue depositada de nuevo sobre el altar.

Vous avez aimé ? Partagez !
Ce contenu a été publié dans Jour après jour, Le reportage. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.